Pour quoi, Pourquoi, Comment ?

Quel est le meilleur âge pour commencer l’entraînement ? *

Aucun ou Tous. Il n’y a pas d’âge pour commencer la pratique puisque le Ninjutsu est un art de l’adaptation. Que vous ayez 15 ans ou 50 ans, le Ninjutsu de Bujinkan vous apportera les réponses que vous cherchez. En fonction de votre âge, les techniques seront plus ou moins poussées et vous devrez les adapter pour qu’elles puissent être efficaces quelque soit l’âge que vous avez. Sachez que notre corps est conçu pour durer environ une centaine d’années et que toute destruction partielle de ce corps quand on est jeune se paye lourdement vers la fin de sa vie. C’est d’ailleurs pour cela que les cours ne commencent qu’à partir de 15 ans et pas avant. Avant l’âge de 15 ans, les cartilages sont encore fragiles et le travail des torsions ou la pratique des coups peuvent endommager votre intégrité corporelle. Ensuite sachez que les arts martiaux ont été développés à une époque où la durée moyenne de la vie n’excédait que rarement 40 à 50 ans. En clair, cela veut dire que les pratiquants du passé ne connaissaient pas les conséquences d’un entraînement trop poussé sur le plan physique. Aujourd’hui, notre espérance ayant quasiment doublée, il faut préserver notre capital santé et s’entraîner de façon intelligente et non pénalisante pour notre avenir. Survivre c’est aussi se préserver pour durer. N’oubliez pas cela dans votre pratique, que ce soit pour vous-même et pour vos partenaires.

 

Les cours sont-ils ouverts aux femmes ?*

Oui, d'autant plus que l'instructeur principal du YAIBA BUJINKAN DOJO est une femme !

Les cours sont ouverts à tous homme ou femme ; jeune ou vieux. Le Ninjutsu est basé sur l’adaptation et le mouvement, la force musculaire n’est pas nécessaire. Les hommes sont génétiquement 70% plus forts que les femmes. Les femmes quant à elles sont 70% plus résistantes que les hommes. Les techniques étudiées en cours doivent servir à utiliser les capacités naturelles des individus quelque soit leur sexe. En conséquence, pendant les entraînements, les femmes ont obligation de développer leur puissance dans leurs coups quand elles travaillent avec les hommes. Les hommes quant à eux ont interdiction de frapper les femmes. Ce système permet à chacun de développer ce qui lui manque. Tout homme brutal envers une femme sera exclu du Dôjô car cela est inutile. Un Dôjô est un lieu d’étude et la violence gratuite ne saurait y être acceptée. Vous vous entraînez pour apprendre le Ninjutsu par pour vous défouler physiquement. 

 

 

Qu’apporte la pratique de Ninjutsu au plan personnel ? *

Comme tout art martial, le Ninjutsu va amener des transformations profondes aussi bien sur le plan physique que mental ou intellectuel. Devenir un « Ninja » au 21° siècle, c’est développer une attention particulière aux détails. La pratique régulière de l’art martial va vous doter de plus de maîtrise. Par la pratique, vous deviendrez plus tolérant avec les autres et plus exigeant avec vous-même. Les humains sont des humains et leurs réactions sont globalement toujours les mêmes. Votre vie deviendra plus riche car vous aurez appris à vous adapter à toutes les situations de la vie quotidienne. Car c’est la stagnation physique et intellectuelle qui nous tue chaque jour. Grâce au Ninjutsu du Bujinkan vous allez apprendre à voir la vie différemment. Vous allez grandir en maturité et devenir quelqu’un qui sera apprécié en toute circonstances. Vous allez devenir un guerrier dans le sens noble du terme. Les concepts d’honneur, de loyauté, de courage et de tolérance deviendront vôtres. Nos amis Américains du Bujinkan ont adopté le credo du guerrier qui résume bien cela. Ce credo fut écrit par Robert Humphrey, un ancien marine de Iwo Jima. "Où que j’aille, mes amis se sentent en sécurité parce que je suis là. Où que je sois, tout ceux qui en ont besoin ont un ami. A chaque retour à la maison, tout le monde est heureux car je suis là." Mais pour arriver à cela, le chemin est long. Il ne suffit pas de le vouloir, il faut vous transformer pour que cela puisse s’appliquer à vous. Le chemin est long mais enrichissant !

 

Qu’apporte la pratique de Ninjutsu dans la vie quotidienne ?*

Le Ninjutsu du Bujinkan est quelque chose qui se vit à chaque minute. Comme le dit Hatsumi Sensei : « le Dôjô c’est quelques heures par semaine, la vie c’est 24 heures pas jour ». Grâce au développement d’une attitude et d’un sens accru de l’observation ; grâce à votre capacité à bouger (physiquement et mentalement) ; grâce à votre capacité d’adaptation ; vous allez vivre mieux et serez en accord avec votre environnement. Ayant fusionné le corps et l’esprit, vous serez à même de piloter votre vie et de vous adapter en permanence. Cette adaptation permanente se travaille dans les techniques mais c’est dans la vie que vous aurez à la mettre en application. Le Dôjô doit être considéré comme un laboratoire dans lequel vous testez des réactions et un lieu dans lequel vous faites des expériences. L’erreur y est courante et toujours sans conséquence. Dans la vraie vie, il en va tout autrement. Un mot déplacé, une attitude trop agressive, un manque de volonté peuvent se payer pendant des années. Hatsumi Sensei parle souvent de « Jissen ». Comme toujours en Japonais, les mots peuvent avoir plusieurs sens et celui-ci n’échappe pas à la règle. « Jissen » veut dire « combat réel » mais aussi « vraie vie ». Alors faites de votre apprentissage de la voie du Ninja et du combat réel un moyen d’obtenir une vraie vie. Cet effort doit être permanent et les acquis d’hier, s’ils ne sont pas entretenus, ne donneront pas les résultats de demain. En poussant la porte du Dôjô, vous avez mis un pied dans un processus de transformation profonde de votre être. Cela sera long et souvent démoralisant mais au bout du chemin, votre vie n’en sera que plus riche et plus joyeuse. Le véritable bonheur c’est de devenir ce que vous êtes et le Bujinkan Ninjutsu est un des moyens à votre disposition pour y arriver.

 

Est-il nécessaire d’avoir pratiqué d’autres arts martiaux avant le Ninjutsu ?*

Non. On peut commencer sa pratique par le Ninjutsu mais avoir pratiqué d’autres arts martiaux n’est pas un handicap non plus. Chaque art martial possède sa propre vision de la réalité du combat. Chaque art martial travaille un type de combat et présente une façon d’utiliser tout ou partie du corps. Si vous ne vous êtes jamais entraîné dans un autre art martial alors votre apprentissage sera total sans « mauvaises habitudes ». Si au contraire, vous avez déjà pratiqué un autre art martial alors vous devez mettre de côté certains aspects de cet art pour apprendre le Ninjutsu. Mais n’oubliez pas ce que vous avez déjà appris car toute technique est bonne une fois qu’elle est assimilée par le corps et par l’esprit. Nous sommes la résultante de nos expériences passées et certaines d’entre elles peuvent s’avérer très utile au moment d’aborder un nouvel art martial. C’est la qualité de l’effort qui apporte la compétence pas la quantité. L’art martial est un mais il y a plusieurs modes d’expression. Et si vous vous interrogez sur la supériorité d’un art martial par rapport à un autre, pensez que si un art martial était vraiment supérieur aux autres, cela ferait longtemps que toute l’humanité pratiquerait celui là. Or, force est de constater qu’il existe une multitude d’arts martiaux. Donc il n’existe pas d’art martial supérieur quoiqu’en disent les publicités. Choisissez votre art martial pour ce qu’il vous apporte et non pas pour l’illusion d’efficacité qu’il propose. Encore une fois, rappelez-vous que les formes extérieures ne signifient rien, seul votre ressenti intérieur importe. Tout est dans le Kokoro (cœur/esprit). 

 

Faut-il être souple pour commencer la pratique du Ninjutsu ?*

La souplesse est une question de travail et d’âge. Nous ne sommes pas égaux devant elle. Chaque entraînement commence toujours par une séance de stretching physique et énergétique permettant au corps de « se réveiller ». Là encore c’est le travail régulier qui amènera plus de souplesse. Dans tous ces exercices de début de cours, la douleur n’est pas nécessaire. La douleur est une alarme créée par le corps pour vous avertir d’un risque. Il faut toujours s’échauffer en fonction de ses propres capacités. Le grand écart est bien en soi, mais pas s’il provoque des lésions. Adaptez là encore votre travail à vos capacités. La souplesse vient avec le temps, si vous vous entraînez régulièrement et de façon sensée, votre corps s’ouvrira naturellement. Sachez être patient et restez toujours à l’écoute de votre corps. La fusion du corps et de l’esprit doit vous faire comprendre que ce que désire votre mental doit s’obtenir en accord avec votre corps. Soyez exigeant avec vous-même, mais soyez prudent. Seul le temps vous amènera à plus de souplesse. Cette souplesse physique s’accompagnera aussi d’une amélioration de votre souplesse mentale. N’oubliez pas que le Ninjutsu du Bujinkan doit vous amener à être plus rigoureux envers vous-même mais aussi et surtout plus tolérant envers les autres. La souplesse, qu’elle soit physique ou mentale est là encore liée à votre attitude dans la vie. Acceptez ce qui vous arrive comme des épreuves à dépasser. Le surfer sur sa vague n’en veut pas à la vague, il essaye simplement de la comprendre et pourtant elle ne pense pas. Nous perdons trop souvent du temps et de l’énergie à vouloir changer les choses et nous nous retournons souvent contre les autres quand les choses ne se déroulent pas comme nous le désirons. Alors qu’en réalité la faute est souvent provoquée par notre incapacité à comprendre la situation dans laquelle nous nous sommes mis. Etre souple c’est comprendre que nos désirs ne concernent pas les autres et que la vie nous renvoie toujours à nos propres limites. Ouvrez votre cœur et votre esprit comme vous vous ouvrez à la technique car ce Kokoro (cœur/esprit) possède une sensibilité qui fera de vous un être humain. Le corps nourrit l’esprit et l’esprit nourrit le corps. Ne l’oubliez pas.

 

Y a-t-il une étiquette pour le comportement au Dôjô ?*

Oui. Mais le Bujinkan Ninjutsu possède peu de règles d’étiquette. Cela ne veut pas dire qu’il n’y en a pas ! Vous devez être propre avant de monter sur le Tatami. Les Tabi ou chaussettes doivent être propres, le Kimono aussi. Les odeurs corporelles ou de vêtements sont interdites et vous risquez l’exclusion du cours. Vous devez saluer le Tatami avant d’y entrer ou d’en sortir. Vous devez saluer votre partenaire avant et après chaque exercice. Vous devez vous tenir droit ou assis sur le tatami. Les jambes étendues ou le dos appuyé sur le mur amènent à l’exclusion du cours. Le salut est à apprendre et à respecter de même que le sens de la phrase que nous répétons au début et à la fin du cours. Cette phrase est : « Shikin Haramitsu Daikômyo » et veut dire que « dans chacune de nos actions de la vie quotidienne il y a quelque chose à apprendre ». Que cette action soit positive ou négative. Du 15 septembre au 15 mai le port de la veste est obligatoire sauf avis contraire du professeur. Vous devez porter un T-shirt sous votre veste. Le t-shirt doit être noir ou uni. S’il possède un dessin, il doit avoir un rapport avec l’art martial. Bien évidemment l’alcool, les drogues sont interdits. A tout moment vous devez être attentif au cours. C’est l’inattention qui génère les accidents.  

 

Quand débutent et s'arrêtent les cours au YAIBA BUJINKAN GRENOBLE ?*

Les cours ne s’arrêtent jamais. Comme on se lave les dents tous les jours, il en va de même des cours. Nous avons la chance de nous entraîner dans une salle privée qui n’est pas tenue de respecter les vacances scolaires. En conséquence les cours sont assurés 12 mois par an, y compris pendant les vacances. Cela permet à ceux qui restent dans la région de continuer leur apprentissage et même de participer à des cours supplémentaires pendant leurs congés. Il n’y a donc ni début ni fin et l’on peut rejoindre la pratique à n’importe quel moment de l’année. Le système d’enseignement par cours de niveaux facilite aussi l’arrivée des nouveaux pratiquants. Le programme des cours est conçu pour s’adapter à vos possibilités et à vos attentes. La seule chose qui vous est demandée est de travailler et de vous impliquer dans votre pratique. Vous travaillez pour vous au sein d’un groupe qui compte sur vous, une fois que vous en faites partie.

 

* Les questions et les réponses sont issus du site du Dojo de Vincennes, et plus particulièrement du document intitulé 50-FAQ-BJK. Certaines réponses ont eu des petits ajouts pour s'adapter à notre dojo.